Morsay 2017

Morsay 2017 le seul président qui va sortir la France de la galère
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retrouvez le président Morsay et son Parti Libertarien de France http://www.parti-libertarien.com et son programme 2017 http://www.parti-libertarien.com/programme sur notre forum blog morsay

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 [Fic Boobs Pénitencière] Memori Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 11021
Date d'inscription : 17/09/2013

MessageSujet: [Fic Boobs Pénitencière] Memori Max   Dim 18 Juin - 6:21



Salut à toi, fidèle lecteur de l'espace-temps /


Tu me reconnais ? Mais oui, c'est moi, JPT, le fameux auteur de Camille, la jeune bourgeoise. Tu es un lecteur fidèle ? Ou même un petit nouveau ? Alors suis-moi dans cette nouvelle aventure pleine de suspense et de rebondissements.


Que les petits coquins se rassurent, dans le plus pur style traditionnel de JPT, il y aura du sexe dans cette fic, ça parlera même de sujets assez trashs


Assez parlé ! Plaaaaace à la fic


================


Réaction 1 : Premiers repères


Aurore se réveilla le dos en compote. La première chose qu'elle vit quand ses paupières finirent de papilloner fut un plafond gris et craquelé. Elle se releva doucement du lit dans lequel elle était allongée, la tête dans le brouillard.
Elle était dans une pièce sans ornement à l'exception d'une table de nuit sur laquelle étaient posés de quelques magazines people. La jeune fille en prit un pour le feuilleter ... Il datait de juin 2016.
-Qu'est-ce que c'est que ce bordel ... murmura Aurore.
Elle se prit la tête dans les mains pour réfléchir. Son dernier souvenir datait du mois de février de la même année. C'était il y a plus de quatre mois. Qu'est-ce qu'elle faisait déjà ... Elle n'arrivait plus à se souvenir. Ce n'est qu'alors qu'elle remarqua le tube transparent relié à son bras. Il rampait tel un serpent sur le sol et rentrait dans le mur près de la porte.
Décidée à éclaircir tout cela, la jeune fille envoya balader la couverture et marcha jusqu'à la porte. Elle tourna doucement la poignée, ce qui déclencha une légère alarme. Une jeune femme en tenue d'infirmière assise devant des écrans de contrôle se réveilla en sursaut. Elle se précipita vers Aurore.
-J'y crois pas, tu es enfin réveillée ! s'extasia t-elle.
Elle la serra dans ses bras avec force avant de s'écarter.
-Désolée ... normalement je n'ai pas le droit de faire ça, mais je ne peux jamais m'en empêcher.
La jeune femme était vraiment belle dans son uniforme. Ses cheveux bruns étaient attachés et son visage trahissait des origines latines.
-Excusez-moi mais ... où est-ce que ...
-Chhhh, dit l'infirmière en posant un doigt sur les lèvres d'Aurore. Avant toute chose, retourne t'allonger, que je puisse retirer ta perfusion.
La jeune fille obéit sans discuter.
-Tu peux m'appeler Dana, fit l'inconnue en souriant. Ne bouge pas, je vais enlever ce machin. On a dû te nourrir par intraveineuse.
-Dana ... qu'est-ce que je fous ici ?
-Comment tu t'appelles ? Tu t'en souviens ?
-Aurore ...
-Et bien, Aurore, on ne me dit jamais exactement ce qui vous amène ici. Et je ne veux pas prendre le risque de te choquer alors que tu viens de te réveiller. Je peux juste te dire que tu es restée plus de quatre mois dans le coma.
-Je suis pas encore choquée, répliqua la jeune fille. Par contre, j'avoue que je suis un peu angoissée pour l'instant.
-C'est une réaction normale. Mais moi, je suis là uniquement pour soigner les troubles physiques. Tu vas rencontrer une charmante psychologue qui va répondre à toutes tes questions.
-J'en ai pas mal en suspens ...
-Ca ne m'étonne pas. Voilà, c'est terminé. Tu peux marcher toute seule ?
-Je crois, oui. Excusez-moi mais ... quel jour on est ? Et il est quelle heure ?
Dana consulta son portable.
-On est le 27 juin 2016, et il est 15h21.
-Je vois ...
-Bien. Il y a une cabine de douche par là. Va faire un brin de toilette.
Aurore se dirigea vers une petite salle de bain assez glauque et se débarrassa de sa tenue de patient. Le miroir au-dessus du lavabo révéla une jeune brune au cheveux longs et aux yeux d'une couleur rare : brun orangé. Elle avait des petits seins ronds et des fesses rebondies. Elle s'examina de plus près. Elle avait vraiment une mine affreuse.
La brunette entra dans la cabine et laissa l'eau couler sur sa peau. Elle était perdue dans ses pensées ... Cet endroit était bizarre, mais la gentillesse de Dana la rassurait un peu. Elle se savonna avec un gel à la lavande puis se rinça avant de passer une grande serviette autour de ses épaules. Dana frappa à la porte.
-Tu as fini ? demanda l'infirmière à travers la porte.
-Oui.
-Sors maintenant, on va être en retard.
Aurore obtempéra.
-Voilà des vêtements propres. Change-toi vite, et après ça, je vais t'accompagner chez la psy.
Dana resta sur place les bras croisés, attendant visiblement qu'Aurore s'exécute.
-Vous ... vous pouvez sortir ? demanda la jeune fille.
-Désolée, c'est la procédure.
-Vous pouvez au moins vous tourner ?
L'infirmière soupira et fit un demi-tour. Aurore enfila un T-shirt immaculé, un short en jean et des chaussettes courtes. Elle chaussa deux espadrilles usées avant de lancer un "c'est bon". Dana fit volte-face en souriant.
-Sublime, ironisa t-elle. Allez, en route.


~~~~~~~~


Après avoir traversé un couloir lugubre dépourvu de fenêtres, Dana s'arrêta devant une porte en métal ornée d'une plaque. Aurore déchiffra l'inscription "Dr Hélène GUENAUD - Psychologue". L'infirmière appuya sur une petite sonnette. Une femme d'une cinquantaine d'année aux lunettes cerclées de fer leur ouvrit.
-Ah, elle est réveillée ? dit-elle d'un ton neutre.
-Comme tu vois. Je te la laisse, Hélène.
-Entrez, jeune fille, invita la doctoresse en ouvrant largement la porte.
Aurore se tourna une dernière fois vers Dana.
-Ne t'inquiète pas, ça va bien se passer. Je te retrouve après ta séance.
La porte se referma sur un silence pesant. Hélène Guenaud fit de son mieux pour afficher un sourire rassurant, mais cela se voyait qu'il était forcé.
-Allongez-vous sur le divan. Vous voulez un peu d'eau ?
-Je veux bien, merci ...
La psychologue alla lui chercher un verre avant de poser son séant dans un fauteuil rembourré. Elle réhaussa ses lunettes et s'arma d'un crayon et d'un bloc-notes.
-Avant toute chose, sachez qu'il est interdit de laisser libre cours à sa colère dans cette pièce. Je ne vous interdis pas de pleurer, mais je vous déconseille d'utiliser toute violence verbale ou physique. Ai-je été claire ?
-Oui, docteur.
-Bien ... Quel est votre prénom ?
-Aurore.
-Et votre nom de famille ?
La jeune fille chercha dans sa mémoire, mais cette information était introuvable.
-Je ne sais pas, avoua t-elle.
Hélène ne sembla pas s'en inquiéter et griffona sur sa feuille.
-Quel âge avez-vous ?
-16 ans, affirma t-elle.
-Vous en êtes sûre ?
Cette question qui semblait anodine surprit Aurore. Elle se souvint que son anniversaire était le 22 mai, et qu'il était donc passé pendant qu'elle était inconsciente. Le Dr Guenaud avait des informations sur elle.
-Vous avez raison, j'ai 17 ans.
-Bien. Quelle est la dernière chose dont vous vous souvenez avant votre réveil ici ?
-Je ... je rentrais chez moi ... Je crois que j'étais au lycée. Oui c'est ça. J'avais fini les cours tôt ... un professeur absent, je crois.
-Qui a écrit les Misérables ?
-Euh ... Victor Hugo, répondit Aurore, surprise par cette question hors sujet.
-Sauriez-vous résoudre l'équation 4x+2=6 ?
-x=1.
-La date de la prise de la Bastille ?
-14 juillet 1789.
-Bien, bien, répéta Hélène. Tout cela m'a l'air un peu trouble. Vous vous souvenez parfaitement de certaines informations, mais d'autres ont été comme qui dirait effacées par votre cerveau. Vos connaissances semblent intactes, ce sont plutôt vos souvenirs qui sont touchés. Est-ce que vous vous souvenez de quelque chose de plus lointain ?
-Pas vraiment ...
-Je vois. A présent, vous devez avoir des questions à me poser. Je pense disposer de toutes les réponses à celles-ci, alors n'hésitez pas.
-Ok. Je veux savoir quel est cet endroit.
-Si vous le voulez bien, je répondrai à cette interrogation plus tard.
-Très bien. Qu'est-ce qui m'est arrivé pour que je tombe dans le coma ?
-Un grave accident entraînant une lésion cérébrale. Votre cerveau a été fortement touché, je ne m'étonne donc pas que vous ayez oublié certaines parties de votre existence. Pour ne pas dire la majorité. En revanche, vous avez de la chance que vos capacités motrices soient intactes.
-Pourquoi je ne suis pas dans un vrai hôpital ?
-Vous êtes un cas ... spécial.
-Ma famille sait que je suis ici ?
-Nous prévenons toujours les proches de l'état de nos patients.
Aurore ne remarqua pas cette habile esquive de la part de la doctoresse. Celle-ci n'avait pas clairement parlé de la famille de la jeune fille.
-Je suis dans une sorte de clinique psychiatrique, c'est ça ?
-Pas tout à fait.
-Quand est-ce que je vais pouvoir retrouver mes proches ?
-Pas tout de suite.
Aurore commença à s'énerver.
-Elles sont vaseuses, vos réponses ! Vous pouvez pas être plus claire ?
-Calmez-vous, ordonna calmement Hélène. Je ne vous dis que ce que je sais.
-Bon, alors dites-moi où on est.
La psychologue soupira.
-Nous sommes dans le complexe médical d'un pénitencier pour mineurs. Bienvenue à Memori Max, Aurore.


==============


Voilà, j'espère que vous avez aimé ce premier chapitre, n'hésitez pas à laisser vos impressions
Si vous ne comprenez pas certaines choses (y'en a que je comprends pas moi-même ), n'hésitez pas non plus à demander !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsay2017.monally.com
 
[Fic Boobs Pénitencière] Memori Max
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Morsay 2017 :: Morsay Président :: Morsay News-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: