Morsay 2017

Morsay 2017 le seul président qui va sortir la France de la galère
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retrouvez le président Morsay et son Parti Libertarien de France http://www.parti-libertarien.com et son programme 2017 http://www.parti-libertarien.com/programme sur notre forum blog morsay

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 [Fic]Ceci est un titre putaclique comme ma succube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 11418
Date d'inscription : 17/09/2013

MessageSujet: [Fic]Ceci est un titre putaclique comme ma succube   Mer 12 Juil - 18:21



Une petite fic de l'été qui devrait faire une quarantaine d'épisode (chapitre), j'ai déjà les 6 premiers d'écrit car à la base elle était postée sur la gazette du 15-18
Bref, j'ai relu les chapitres avant de créer le topic et c'était pas ouf mais bon j'ameliorais à partir du 7ème chapitre si ça vous plaît
----
Épisode 1_

-C'est des conneries sérieux, aller viens on rentre en plus il va pleuvoir...
-Mais c'est bon ça va être rapide je te dis!
-Dépêche-toi alors, être dans cette foutue forêt me rassure pas des masses.
-J'y crois pas... T'a peur?
-Jeffrey c'est pas le moment de se foutre de ma gueule alors maintenant on se pose et on le fait ton foutu rituel.
-Ok ok... T'excites pas.

Les deux jeunes garçon de 14 ans se posent sur un tronc d'arbre écroulé, Jeffrey sort deux bougies et un briquets pour les allumer.

-Hey Virgil, t'a pas oublié les papiers et l'aiguille à coudre?
-Bien sûr que non...

Virgil sort à son tour de sa poche deux bouts de papiers ainsi que l'aiguille.

-Passe moi mon message, que je vérifies que j'ai pas fait d'erreur, demande Jeffrey.
-J'ai déjà vérifié 4 fois, les inscriptions sur nos papiers sont exactement les même que ceux décris sur le vieu manuel satanique.
-Les bougies sont allumés, on peut commencer !
-Attends j'allais oublier de brûler l'encens avant!
-Ah ouai merde...

Virgil brûla le fameux mélange de pétale, de feuille et de résine végétale avec les deux bougies.

-Tu t'es pas gourré dans la composition de l'encens au moins?
-J'ai suivi avec exactitude le livre...
-Excellent, jouis Jeffrey impatient de terminer le rituel.

Les deux adolescents prirent chacun leur bout de papier et déposèrent quelques gouttes de sang en se perçant l'index avec l'aiguille.

-Si je choppe le sida à cause de toi je te préviens je te défonce, annonce Virgil.
-Tais-toi et commençons...

Ils firent brûler leur papier dans les flammes des bougies et se mirent à réciter une courte prière faisant appelle à Lilith, la femme de Satan d'après les mythologies anciennes.
Une fois le rituel finie, une grosse averse s'abat sur les deux garçons.

-Magnes-toi de tout ramasser !, s'exclame Jeffrey.
-C'est à moi que tu dis ça maintenant !

Ils fuirent la forêt aussi vite qu'il pouvait mais le dédale végétal était beaucoup moins praticable avec toute cette boue provoquée par la pluie.

-C'est la malédiction de la forêt! C'était pas des connerie, on est perdu!, panique Jeffrey.
-Arrête ça... Je vois la route, faut t'arrête de croire au histoire de fantôme et tout ce qui va avec...
-Cette forêt serait vraiment maudite tu sais, apparemment y'aurait même une grotte dedans qui mène en... ENFER!!!, fit Jeffrey en exagérant une grimace débile.
-Je suis au courant, c'est même pour ça que tu tenais tant à faire cette merde de rituel ici, répond Virgil blasé.
-Eh eh ouais...

Dans sa course, Jeffrey se fait aggriper par une branche.
Totalement surpris, il se débat en se demandant ce qui lui arrive !

-Virgil!!! Attend-moi! Quelques choses me tient!

Virgil se retourne et voit son ami dans cette pitoyable situation, il accourt pour le sortir de là.

-C'est quoi qui me tient?!
-C'est juste une branche...
-Pendant un moment j'ai cru que le rituel avait march...

Avant que Jeffrey termine sa phrase, un terrible rugissement se fit entendre au loin.
Virgil détache rapidement son pote et les deux compères totalement apeuré se regarde dans les yeux et fuirent ensemble vers la route.

Alors qu'un autre rugissement encore plus fort retentit, nos deux héros glissent ensemble du ravin boueux menant sur le bord de la route.
La pluie s'arrête, le soleil resplendit de nouveau et alors que les deux amis se relève entièrement couvert de crasse, ils en profitent pour admirer l'urbanisme au loin qu'ils peuvent admirer en contrebas d'un ravin bien plus grand.
Pour finir une petite aventure de collégien, rien ne vaut un fou rire éclatant, décidément ces deux là n'en rataient pas une.

"Quoi de plus beau qu'un souvenir de jeunesse insouciante ?"

Voilà ce qu'avait un tête en ce moment même Virgil Aumônier qui avait fêter sa 19ème année le mois dernier.
Toujours très pensifs en cours car il n'est pas très captivé par les leçon de mercatique que propose la filière STMG en terminal.
Cela lui arrivait donc souvent d'avoir des souvenirs nostalgiques de son ami Jeffrey mort il y a presque un ans.

La sonnerie du lycée attendu tel un messie, se fit entendre.
Ce son est signe de libération pour Virgil, on peut le dire, il déteste les cours mais genre vraiment...
Son 6 de moyenne générale était là pour le lui rappeler...
Virgil n'est pas spécialement bête mais son désintérêt pour tout ce qui l'entoure ne peut qu'aggraver son échec scolaire.

Enfin, ce n'est plus l'heure de penser au cour maintenant, il a déjà toute les journées de la semaine pour ça.
Le voilà arrivé chez lui après 10 minutes de trajet en bus et 5 à pied.

-C'était comment le lycée aujourd'hui ?, lui demande sa grande soeur de 25 ans qui répond au prénom de Célia.
-Comme d'hab..., répond Virgil comme à chaque fois qu'elle lui pose cette question.

Célia hébergeait son frère chez elle, une jeune adulte qui pouvait se vanter de posséder sa propre petite maison grâce à papa et maman qui aidait à payer.
En même temps, ils n'avaient pas le choix, les parents de Virgil était au sud de la France pour le travail depuis une mutation inattendue de l'entreprise dans laquelle ils travaillent.
L'organisation familiale n'a pas été facile au début mais Célia qui rêvait d'indépendance depuis longtemps fut au final ravit de cette aubaine.
Au détriment de Virgil qui visiblement en l'absence d'autorité parentale en profitait pour toujours plus se relâcher.
Contrairement aux apparences, Célia s'inquiétait beaucoup pour son petit frère mais elle n'a jamais su comment agir pour l'aider.

Virgil boit tranquillement son verre de Coca quand sa soeur lui annonce la mauvaise nouvelle...
-Je te préviens ce week-end il y aura un enfant.
-Quoi!? Même le week-end maintenant ?
-Oui Madame Troulis à besoin que je garde sa fille pendant deux jours, elle doit aller en Allemagne pour les funérailles d'une tante ou je ne sais quoi...

Virgil s'en va dans sa chambre avec une gueule qui voulait tout dire.
"Quel boulot de merde sérieux..."
Virgil n'appréciait pas vraiment le job de baby-sitter de sa soeur mais ça arrondissait les fins de mois.

C'est donc sur un samedi matin qui s'annonce mauvais que commence ce nouveau jour, Virgil n'avait dormit que deux heures, une habitude pour fêter l'arrivée de la fin de semaine.
Il avait ses passe-temps préféré pour ça tel que les jeux-vidéo, internet et j'en passe...

Il est sortit très tôt de chez lui ce matin à cause de l'arrivée de la gamine de Madame Troulis, il ne tenait pas à devoir supporter les braillements d'une enfant.
Rassurez-vous il a fermer sa chambre à clé, il manquerait plus qu'on fouille dans ses affaires.

Pour s'occuper, Virgil a prévu une journée cinéma avec l'argent bien au fond des poches, il a toujours la phobie de perdre sa thune quand il en a sur lui.
Heureusement pour lui, il a toujours vécu dans cette superbe ville de la région d'Île-de-France.
Il y avait tout, boutiques, cinéma, terrain de sport, parc etc... Pas si loin de Paris en plus.
Dans la file d'attente du cinéma, Virgil prend le temps de s'observer dans un grand miroir dans le couloir dans lequel il se trouve.
Il se trouve normal mais ne peux s'empêcher de se dévaluer quand il se voit.
Pourtant tout est plutôt jolie chez lui, que ce soit sa tignasse de cheveux brun foncés un peu mal coiffé, ses yeux verts avec une lueur d'espoir (peut-être?), la stature assez banale de son corps quoi que un peu frêle mais faut dire aussi que le sport c'est pas son truc.
Même sa taille n'était pas ridicule avec un bon mètre et 76 centimètres.
Bref nous sommes loin d'un physique laid, à vrai dire s'il il prenait plus soin de lui, il serait même un petit Bg, "petit" car la barbe et la moustache pousse pas trop chez lui mais ça devrais finir par venir à 19 ans quand même.
-T'a finis de t'admirer?, lui lance un mec d'une vingtaine d'années à l'air patibulaire qui s'impatientait.
-C'est bon ça va..., rechigne Virgil qui déteste être dérangé.
-T'a un problème!?, s'énerve le gars visiblement nerveux.
Virgil le regarde d'un air dédaigneux et s'en va prendre son ticket sans même lui répondre.

C'est un Virgil déçu par les films qu'il a vu que nous retrouvons en fin d'après-midi.
Il regarde l'heure sur son téléphone et se dit que la gamine doit être en train de faire la sieste à cette heure-ci.
Il veut aussi profiter de l'argent qui lui reste pour s'acheter un Kebab/Grec (Choisis et fais pas chier), les petits plats de légumes pour enfant que prépare sa soeur sont trop dégueulasses.

Avant de traverser la rue menant à son repas, une pièce de 50 centimes tombe de sa poche.
Cela l'étonne beaucoup, il range pourtant son argent bien au fond et vérifie régulièrement dedans tel un tic pour être sûr de ne pas en perdre.
Il ramasse sa pièce alors qu'il allait traverser et passe juste devant lui sur la route une voiture de sport fonçant à toute allure!
Il ne l'avait pas venu venir alors que la rue était longue, il est un peu deux de tensions par la fatigue mais quand même...
Il réalise qu'il a échappé à une mort certaine grâce à sa pièce qui est tombé.
Cela ne le marque pas plus que ça, déjà car c'est pas dans son caractère mais surtout que ce n'est pas la première fois que ce genre de coup de bol lui arrive.
C'est comme la fois où il a failli se prendre une voiture en luge lors d'un hiver blanc à 15 ans mais comme par miracle une poubelle qu'il aurait jurer ne pas avoir vue avant l'a dévié de sa trajectoire en se la prenant en pleine poire.
Sinon dans la catégorie chance de cocu, lors de son brevet des collèges, un corrigé de son sujet est tombé presque juste devant sa table, il a pu tout recopier.
Maintenant qu'il y pense il n'aurais jamais réussi l'examen de math sans ça et peut-être même loupé le brevet.

À force de vivre ce genre de chose, il a fini par penser qu'une sorte d'ange gardien le protégeait.
Étant de nature pragmatique et terre à terre, il se trouvait lui-même fou de croire ça mais bon ça lui donnait un peu de fantaisie dans ce monde qu'il trouve trop "réaliste".

En finissant son Kebab/Grec complet salade, tomate, oignons/ognon sur la route, il se fait surprendre par la nuit.
"Je devrais me dépêcher Célia va s'inquièter"
Sur cette pensé Virgil accélére sa marche mais finit par trébuché sur quelques choses, pourtant la rue lui semblait vide.
Il se fait aggriper au cou et entraîner vers une impasse sombre.
Avant même de comprendre ce qui lui arrive, il reconnaît cette raclure qui l'avais emmerder dans la queue du cinéma.

-Alors on fait moins le malin maintenant petite merde?, lui crache son aggresseur.

Virgil essaie de pas trop respirer son haleine de chacal et le fixe d'un air "je m'en bas les couilles".

-T'es mort à l'intérieur ou quoi?, s'interroge le gars.
-Non juste que t'es pas credible, répond Virgil.
-Répète!?, s'énerve t-il en pointant adroitement un couteau suisse sous le menton.

Virgil ne bronche pas, comme il aime bien dire "Faible mais avec honneur".
Bien conscient que ça reste une attitude de fragile, il se dit que c'est quand même mieux que de faire la larve qui supplie de rester en vie.

-Bon je vois que tu veux jouer les fortes têtes...

L'agresseur s'apprête a le planter au niveau du cou mais une brique sauvage apparaît et lui tombe sur le coin de la gueule.
Virgil fait les gros yeux et finit même par lâcher un ricanement, décidément son ange gardien est vraiment trop fort.
Dit comme ça c'est con mais mine de rien ça le fait cogiter, deux miracles en une journée c'est gros quand même.
Sa réflexion est coupée par un bruit sourd, il lève la tête et se rend compte qu'une autre brique tombe cette fois sur lui.
"Merde j'ai parlé trop vite..."
Il a juste le temps de fermé les yeux avant d'entendre un "Nooooooon!"

1,2,3 secondes... Toujours rien?
Il rouvre les yeux et vois la brique à ces pieds brisé en deux et lui n'a rien.
"Wut?"

Il comprend plus rien, il divague en faisant ses grands yeux d'incompréhension.
Il se rend compte qu'il entend une autre respiration, il regarde au bout de l'impasse et aperçoit qu'il y a une... fille au sol?
Dur à voir, il fait sombre.
Il s'approche en demandant si ça va bien.
La personne se retourne sous le regard médusé de Virgil et lui répond d'un "oui" tres timide.

-Tu... Tu es...QUOI!?, panique Virgil voyant cette fille avec des ailes de chauve-souris, une queue de démon et surtout en sous-vêtements ainsi qu'une peau mât au reflet rouge !
-Je... Comment t'expliquer... Tu te souviens du rituel?

[FIN DE L'EPISODE 1]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsay2017.monally.com
 
[Fic]Ceci est un titre putaclique comme ma succube
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» lisez-ceci
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer
» titre du signataire (sommaire 24)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Morsay 2017 :: Morsay Président :: Morsay News-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: